音楽をもっと身近なものにするために、ヴァイオリンを中心にさまざまな楽器編成で、演奏機会の少ない現代・近代の作品を取り上げて、室内楽コンサートを行っています。初めて聴く音楽に耳を澄ます楽しみを味わってください。
présentation
In between
pour trio à cordes
(première version, octobre 2008)

dédié au trio à cordes "Quartiers musicaux"


Il s'agit pour moi d'une expérience tout à fait singulière d'écriture, rendue possible par le contexte de ma résidence à la Villa Kujoyama au Japon.

Comment la musique traditionnelle japonaise, et en particulier celle du théâtre nô, va-t-elle contaminer ma musique?

Accepter de laisser de côté une partie de mes habitudes d'écriture pour que quelque chose arrive.

Tout a commencé par ma fascination pour l'absence d'unisson dans la musique traditionnelle japonaise: que ce soit dans le chœur du nô –le Jiutai- ou tout autre ensemble instrumental. Les musiciens jouent la même chose, mais ne perdent pas leur individualité.
J'ai voulu travailler sur cette notion de double, au sens d'un geste unique partagé, et dont la poétique se situe dans l'impossibilité du "même".

Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, le théâtre nô m'a fourni beaucoup de matière à rêver.
Ainsi, dans la structure de nombreux de ses textes, la notion de duplication narrative est omniprésente. Un texte en particulier m'a retenue , Sanemori attribué à Zéami, contant l'histoire d'un vieux samouraï dont le fantôme erre car il n'a pas accepté la défaite de vieillir. Or l'acteur nô qui incarne un personnage de vieillard , nous dit Zéami, a pour consigne de danser légèrement "en retard" par rapport à la musique pour exprimer son grand âge. Ainsi, ce nô qui a une structure temporelle itérative comme la plupart des nôs, a pour personnage un être lui-même dédoublé.

Mais le nô a laissé aussi d'autres empreintes sur ce trio:

Ainsi la lenteur, la délicatesse et la sensualité des pas des acteurs qui glissent sur le sol du théâtre, presque en flottant.
L'inflexion si caractéristique des "récitatifs", les kotoba, qui ont toujours le même profil mélodique.
Le silence et la presque immobilité.
La danse, à la fois issue formelle et spirituelle de tout nô.
L'absence de hauteurs fixes, et la tentative de traiter l'idée mélodique sous forme de notion morphologique.
Le "jo-ha-kyu" structure omniprésente dans les arts temporels au Japon: introduction, développement et accélération.

Sans parler des empreintes inconscientes…

Ainsi, sur les pas de Sanemori, In between marche sur la crête de deux mondes qui se rencontrent, celui de ma culture et de celui que je commence à peine à découvrir de la musique japonaise, et sur le fil ténu où ce qui est un est à tout instant au bord de devenir deux.


Claire-Mélanie Sinnhuber




コメント
この記事へのコメント
コメントを投稿する
URL:
Comment:
Pass:
秘密: 管理者にだけ表示を許可する
 
トラックバック
この記事のトラックバックURL
この記事へのトラックバック